www.methode-anti-tabac.com

 

 Accueil · Boutique . Plan du site · Prévisions météo · Stop Stress · Stop Migraine

Menu - www.methode-anti-tabac.com
 

 Cesser de fumer

 La mort lente

 Maladie du tabac

 Tabac et vitamine C

 Troubles cardiaques

 Action du tabac sur le cerveau

 Problèmes gastriques

 Appareil urinaire

 Tabac et enfants

 J'arrête le Tabac

 Tabac et bien être

 Arrêt tabac

 Vaincre la dépendance

 Sevrage nicotine

 Le manque de nicotine

 Le conditionnement social

 Arrêtez de fumer

 Médecines douces

 Tabac les trucs et astuces

 Pour ne pas replonger

 Peur de grossir

 Cigare, pipe, cigarette

 Tabac et les femmes

 La ménopause

 Le risque cardiovasculaire

 Le sevrage

 Le sevrage (suite)

 Le sevrage (fin)

 Éviter la rechute

 Le test

 

 
 
 
 
 
 

 

 

Arrêtez de Fumer : CESSER DE FUMER DANS DE BONNES CONDITIONS


Arrêter de fumer du tabac est toujours difficile. Quand la décision est prise, il faut mettre toutes les chances de son côté. Conseils.

 

Commencer de fumer du tabac, c'est tomber dans le piège de la dépendance. Très rapidement installée, la dépendance au tabac est très forte. Physique et psychologique, elle provoque un vif désir de continuer à fumer, et d'augmenter les doses. La tentative d'arrêt provoque un désagréable syndrome de sevrage. Cet état de manque se manifeste par de l'irritabilité, de l'anxiété, de l'insomnie, des difficultés de concentration, des troubles de la mémoire. C'est ce qui rend l'arrêt du tabac si difficile, et facilite les rechutes. Il faut souvent plusieurs tentatives avant d'arriver à se passer du tabac. Une prise de poids de quelques kilogrammes est fréquente. Elle peut être combattue par une activité physique plus intense.
La fumée du tabac est impliquée dans 30 % des cancers (poumon, larynx, vessie, etc.). Elle favorise la mort par maladies cardiovasculaires et insuffisance respiratoire. Elle cause des ulcères gastroduodénaux, des reflux d'acidité gastrique. Fumer pendant la grossesse peut provoquer des avortements, des prématurités, et prédispose l'enfant aux maladies respiratoires. Toutes les tentatives de diminuer progressivement la quantité de tabac fumé conduisent à l'échec. Il faut arrêter brutalement, et totalement, de fumer. Quand la décision de cesser de fumer est prise, il faut choisir une période sans stress majeur pour passer à l'acte. La date choisie, il faut en prévenir l'entourage pour être soutenu. Il faut éviter les circonstances et lieux où beaucoup de personnes fument ensemble, ce qui est plus facile depuis l'entrée en vigueur de la législation restrictive. Il faut essayer de casser les suites de réflexes qui conduisent à fumer. Par exemple, l'enchaînement d'un bon repas, souvent assez gras, arrosé, suivi d'un café, qui pousse à la cigarette. Dans ce cas, pendant les trois ou quatre semaines de la période de sevrage, il faut changer de régime. En mangeant peu, plutôt sain et végétarien, en buvant très peu d'alcool, en évitant les excitants comme le café. Et en buvant à longueur de journée des infusions comme de la menthe. Ce qui a l'avantage immédiat de substituer au goût de goudron dans la bouche une saveur agréable et rafraîchissante. Et conforte dans l'idée qu'on a fait le bon choix. " Embrassez un non fumeur, et savourez la différence " dit la propagande anti-tabac australienne.

Les doses de nicotine utilisées pour le sevrage tabagique sont des doses pour adultes. Ces doses peuvent provoquer une intoxication grave, voire mortelle, chez les enfants.
Ne jamais laisser traîner les dragées, gommes à mâcher à portée des enfants. Replier les patchs usagés sur eux-mêmes avant de les jeter à la poubelle. Pour les femmes enceintes, l'usage des gommes à mâcher et des cartouches de nicotine pour inhalation buccale, semble préférable à l'usage de la cigarette, plus toxique pour le fœtus.

 

Il ne faut pas attendre de miracle des médicaments. Leur aide est modeste. C'est la nicotine qui marche le mieux. Un an après le sevrage, 14 à 18% des fumeurs qui ont pris des substituts nicotiniques n'ont pas repris de tabac. Contre 10 % de ceux qui ont pris un placebo (faux médicament). La bupropione n'est guère plus efficace, mais expose à de trop nombreuses complications pour être recommandée. Elle peut provoquer des crises convulsives et des allergies parfois graves. Prise pendant la grossesse, elle peut induire des malformations cardiaques chez le fœtus. La varénicline est à éviter. Elle peut être responsable de troubles du rythme cardiaque, d'infarctus du myocarde, de dépressions, d'idées suicidaires. En comparaison, les effets secondaires de la nicotine sont plus acceptables. Quelques troubles digestifs sont possibles, ainsi que des vertiges, des palpitations, des insomnies ou de la somnolence, de l'anxiété, de l'irritabilité, des douleurs musculaires ou utérines, des allergies, notamment avec les dispositifs transdermiques. La nicotine semble diminuer la prise de poids au sevrage. Son utilité paraît très faible pour les fumeurs de moins de 15 cigarettes par jour. Pour ceux qui fument entre 15 et 20 cigarettes par jour, les gommes à mâcher dosées à 2 mg de nicotine sont conseillées. A partir de 20 cigarettes par jour, il vaut mieux utiliser des gommes dosées à 4 mg, ou des patchs à la nicotine. Il ne faut pas oublier que c'est la volonté d'arrêter qui est décisive. Mais ne pas oublier non plus que cesser de fumer un paquet de cigarettes par jour, c'est économiser 2 000 euros par an. Pendant la période de sevrage éviter l'alcool et le café.
 

 

www.methode-anti-tabac.com

 
www.methode-anti-tabac.com
 

 Arrêter-fumer

 Boutique

 Bouquins

 Contact

 Mentions légales


 Derniers articles

 Cesser de fumer


 Partenaires

 Le divorce

 Conseils-juridiques

 
 Services :
 

 Gagnez de l'argent
 
avec Zlio Boutiques