www.methode-anti-tabac.com

 

 Accueil · Boutique . Plan du site · Prévisions météo · Stop Stress · Stop Migraine

Menu - www.methode-anti-tabac.com
 

 Cesser de fumer

 La mort lente

 Maladie du tabac

 Tabac et vitamine C

 Troubles cardiaques

 Action du tabac sur le cerveau

 Problèmes gastriques

 Appareil urinaire

 Tabac et enfants

 J'arrête le Tabac

 Tabac et bien être

 Arrêt tabac

 Vaincre la dépendance

 Sevrage nicotine

 Le manque de nicotine

 Le conditionnement social

 Arrêtez de fumer

 Médecines douces

 Tabac les trucs et astuces

 Pour ne pas replonger

 Peur de grossir

 Cigare, pipe, cigarette

 Tabac et les femmes

 La ménopause

 Le risque cardiovasculaire

 Le sevrage

 Le sevrage (suite)

 Le sevrage (fin)

 Éviter la rechute

 Le test

 

 
 
 
 
 
 

 

 

Arrêtez de Fumer : LES ENNUIS COMMENCENT DÉJÀ DANS LA BOUCHE




Les lèvres et la langue sont soumises à des températures très élevées. Elles souffrent de brûlures chroniques, La chaleur participe également à l'altération des muqueuses qui entraîne une destruction des papilles gustatives, une altération des lobules olfactifs contribuant à diminuer le goût, une moindre possibilité de défense contre les infections microbiennes, et enfin une altération des cordes vocales : la voix devient rauque et désagréable, une toux d'irritation chronique fait toussoter le fumeur sans arrêt. Au pire des cas, des lésions précancéreuses et cancéreuses peuvent apparaître au niveau de la lèvre, de la langue, de l'arrière-gorge.

 

La gorge en danger

La gorge des fumeurs est irritée constamment, c'est une évidence. Sa voix peut être éraillée, les angines lui sont familières. Le danger le plus grave concerne l'apparition du cancer. Le tabac augmente le risque de cancer du larynx et du pharynx, surtout si l'alcool s'en mêle. La plupart des cancers du larynx s'attaquent aux cordes vocales. Les symptômes pouvant faire craindre son apparition sont l'enrouement, une douleur d'un côté de la gorge ou dans une oreille, des troubles de la déglutition, la sensation d'une " arête " dans la gorge. Dans ce cas, un gros fumeur doit bien sûr consulter au plus vite.

LES POUMONS ET LES BRONCHES, LES GRANDS MENACÉS

Histoire naturelle de la pollution broncho-pulmonaire

Quelqu'un qui ne fume pas a peu d'impuretés à évacuer de ses bronches, juste la pollution atmosphérique de base. Les cils des cellules bronchiques font leur travail. On tousse, et les bronches se nettoient d'elles-mêmes. Après quelques cigarettes, les cils fins commencent à s'engourdir et perdent leur énergie, car il existe dans la fumée uns substance qui a la fâcheuse manie de ralentir leur action. Ces effets sont majorés chez le jeune dont la croissance bronchique se poursuit jusqu'à l'âge de 17 à 18 ans et peuvent engendrer des anomalies structurelles et fonctionnelles qui seront retrouvées chez l'adulte. Peu à peu, les cellules ciliées ne remplissent plus leur fonction d'épuration par ce que l'on appelle " l'escalator muco-ciliaire ", puis elles disparaissent progressivement. C'est aussi pour cela que lorsqu'on s'arrête de fumer, on peut plus tousser qu'avant : les cils se remettent à fonctionner, ce qui est bénéfique. Après 50 000 cigarettes, les cils commencent à être détruits, et les " cochonneries " s'accumulent sans pouvoir sortir. Les cellules glandulaires et les glandes bronchiques sécrètent de plus en plus de mucus visqueux et épais. Cela peut-être le début de la bronchite chronique. Un symptôme courant de la prétendue " toux normale du fumeur " qui en aucun cas n'est " normale " : la stagnation des sécrétions bronchiques pendant la nuit oblige le fumeur à tousser tous les matins pour se désencrasser.

Bronchite chronique

Un fumeur sur deux est atteint d'une bronchite chronique. Elle est diagnostiquée quand la toux et l'expectoration durent au moins 3 mois par an depuis plus de 2 ans, et décelée par simple spiromètre. La fréquence de la maladie a augmenté de plus de 40% en 15 ans. Pour la personne qui en est atteinte, cela signifie un essoufflement au moindre effort -monter un escalier, marcher, ou même simplement se sécher les cheveux. Le risque de bronchite chronique devient important au-delà d'un paquet par jour pendant 15 ans. En France, il y a 2 millions de bronchites chroniques, et 15 000 morts de bronchites chroniques liées au tabac...
 

Évidemment, il vaut mieux s'arrêter avant d'en arriver là, car quand on le fait à temps, les dommages causés à l'appareil respiratoires sont réversibles. Les médecins observent que les personnes qui rechignent à s'arrêter de fumer, même bronchitiques chroniques, ne se rendent pas compte de l'importance de l'importance de la respiration sur leur état de santé. Alors qu'ils sont bien plus motivés s'ils ont eu un infarctus, de nombreux fumeurs continuent à fumer alors qu'ils présentent les symptômes d'une bronchite chronique grave. C'est évidemment malheureux, au vu des milliers de morts que le tabac provoque par atteinte des voies respiratoires.

 

Cancer du poumon

L'usage du tabac s'est répandu en Europe au XVIIe siècle mais ce n'est qu'au début du XXe siècle qu'on a soupçonné ses effets cancérigènes et en 1950 seulement que son rôle, dans Pétiologie des cancers du poumon, a été établie. Le cancer du poumon lié au tabagisme tue plus de 20 000 français par an, dont 90-95 % de fumeurs. C'est est la première cause de mortalité que Ton peut prévenir. De tous les cancers, celui du poumon est le plus dangereux tant chez les hommes que chez les femmes. Comment ce processus mortel se met en route ? L’inhalation de la fumée du tabac entrave la capacité naturelle de nettoyage des poumons qui se fait par les bronches. Celles-ci contiennent des mucosités protectrices qui se reposent sur une couche de cellules dotées de fins cils qui les entraînent sans cesse vers le haut du poumon en vibrant. Ils éliminent ainsi les particules polluantes qui ont été aspirées. Le fait de fumer détruit peu à peu ce mécanisme en faisant détruisant les cils et en faisant épaissir la muqueuse bronchique qui tente de protéger les tissus situés en-dessous. Après des années d'abus, le mécanisme de reproduction de certaines cellules se dérègle. Elles peuvent se développer de façon anarchique. A partir de là, le poumon ne peut plus se nettoyer, les agents cancérigènes y sont retenus trop longtemps, de sorte qu'ils finissent par forcer les cellules. La toux ne peut alors plus faire son travail, la fumée attaque les cellules peu à peu. C'est le début du cancer des bronches ou du poumon.

 

 

 

 

www.methode-anti-tabac.com

 
www.methode-anti-tabac.com
 

 Arrêter-fumer

 Boutique

 Bouquins

 Contact

 Mentions légales


 Derniers articles

 Cesser de fumer


 Partenaires

 Le divorce

 Conseils-juridiques

 
 Services :
 

 Gagnez de l'argent
 
avec Zlio Boutiques